Goven. Les motards dénoncent le mauvais entretien des routes en zone rurale

​Samedi, l’antenne d’Ille-et-Vilaine de la Fédération française des motards en colère a organisé un défilé de deux roues au départ de Rennes en direction des communes rurales du sud de Rennes, dans le territoire des Vallons de Vilaine. La trentaine de pilotes a fait étape à Goven, ​qui n’est pas un modèle en matière d’infrastructures routières.

Une trentaine d’adhérents de la FFMC 35 partis de Rennes arrivent sur Goven.
Une trentaine d’adhérents de la FFMC 35 partis de Rennes arrivent sur Goven. | OUEST-FRANCE

Samedi après-midi, la FFMC 35 (Fédération française des motards en colère) a mené une action contre les infrastructures dangereuses à Rennes, ainsi que dans quelques communes du sud-ouest du département, dont Goven.

L’association agit depuis 1980 pour défendre la pratique du deux-roues motorisé et alerte sur les dangers concernant tous les usagers de la route. « Le mauvais entretien des routes provoque des nids-de-poule qui sont dangereux pour les deux roues, annonce l’association. La perte de contrôle entraîne des chutes et des accidents pour les motos, vélos, trottinettes et autres nouvelles mobilités. »

Îlots, trottoirs saillants dangereux

Une trentaine de motards sont partis de Rennes vers 14 h pour rejoindre les communes du sud du département, à commencer par une étape à Goven. Ils ont été rejoints par d’autres motards le long du trajet et ont fait plusieurs arrêts ciblés pour marquer à la bombe aérosol les endroits spécifiquement dangereux.

Les motards ont fait une halte place Saint-Martin, afin de présenter les actions qu’ils vont mener dans la commune. | OUEST-FRANCE

« À Goven, plusieurs le sont, relève Philippe Jehanno, coordinateur FFMC 35. Par exemple, tous les îlots de séparations des voies, qui ne sont pas signalés et sont invisibles la nuit et par temps de brouillard. Il y a aussi des trottoirs aux arêtes saillantes, même à 30 km/h, une chute peut être grave. »

État du réseau routier : la France mauvaise élève

Le groupe s’est ensuite rendu rue des Grands-Landiers : « Tout le long, il y a un rail en acier recouvert de bois usé non doublé, très dangereux. »

La FFMC tient aussi à mettre en avant une étude du World Economic Forum, qui dresse le bilan de l’état des routes : la France est passée de la première à la 18e place, en huit ans. « L’état veut mettre en avant la défaillance des motos en imposant un contrôle technique, s’insurgent Vernon Naicker et Lénaïck Flamand, adhérents. Alors que seulement 0,3 % des morts sont dus à la défaillance de la moto contre 10 % aux infrastructures. »

Les motards ont marqué à la bombe aérosol des endroits spécifiquement dangereux, pour interpeller. Ici l’îlot central déjà bien marqué par des pneus. | OUEST-FRANCE

La trentaine de motards a repris ensuite la route pour constater d’autres points noirs sur la D776 (entre Guignen et Lassy), La Chapelle-Bouëxic, Bovel et Val-d’Anast.