mercredi 7 novembre 2018

qui fait quoi le 17 novembre ?!


réaction de la ffmc-35 au mouvement du 17 novembre des rézossossios

L’origine :

La FFMC-35 a été interpellée par les organisateurs, pour venir prêter main forte, et participer à l’organisation d’un "blocage de la rocade Rennaise" le 17 novembre 2018. Ce "mouvement" est né sur internet, bénéficiant d’un relais par les réseaux de la presse conventionnelle.

L’évolution :

Ce mouvement dont la motivation initiale est la contestation de la hausse du prix du carburant (gazole notamment) à évolué. Il a été récupéré par des mouvements politiques auxquels la FFMC ne souhaite pas être associée. L’antenne ne souhaite pas récupérer ce mouvement d’apparence spontané et indépendant. Nous pensons que ce mouvement doit rester sans étiquette pour montrer que c’est l’ensemble des usagers qui grondent.

Dans le passé :

La FFMC-35, comme la FFMC nationale, ne souhaite pas prendre la tête de cet élan, par crainte d’en refouler la partie qui ne souhaiterait pas manifester au côté des motards. Nous nous rappelons très bien de la faible adhésion des non-motards, lors de l’appel général à manifester contre les 80 Km/h le samedi 24 mars 2018 à Rennes. Nous avions alors dénoncé cette mesure comme un racket fiscal, déguisé dans une mesure de sécurité rentière à faible impact (au delà des portes-monnaies). Ce "mouvement" nous rappelle les "mouvements colère" du début d’année, non structurés, et de mobilisation anecdotique en Ille-et-Vilaine (en dehors des clics de souris).

Du point de vue juridique/responsabilité pénale :
D’autre part, il apparaît que le manque de structure du mouvement, ait poussé les organisateurs, (face aux mises en garde des préfectures), soit, à reculer, soit à rechercher des associations porteuses. Ils se sont naturellement tournés vers la seule organisation d’usagers de la route capable de se mobiliser efficacement (en dehors des routiers). L’antenne rejette toute responsabilité d’une action dont elle n’a pas la maîtrise, ou ne ressent pas la solidité requise.

En conclusion :
La FFMC défend des valeurs faites d’Humanisme et de Liberté depuis 38 ans et pas simplement un moyen de transport. Elle estime que ce combat doit être celui de tout les citoyens qui se sentent concernés. Elle soutiendra activement le mouvement, s’il se structure avec des instances représentatives, telle dans le passé, l’union des usagers de la route", avec une vision plus lointaine qu’une seule journée de colère.
Les motards sont libres d’estimer si ce mouvement porte leurs valeurs et d’y participer.

Pour plus d’information, nous partageons pleinement la vision des motards de la FFMC Paris à ce sujet :